Accueil

  Recherche




Recherche détaillée

  Galeries

  Derniers articles

  Liens


Vous êtes ici: Accueil du site >

Articles


 Endurance équestre : Alain Payen élève pour ses filles, article publié le Mon, 07 Mar 2011 10:57:40 +0200


Elevage de Kerpont : au bonheur des jumelles !
Au début, il s’agissait de permettre à leurs filles de monter à cheval puis de courir en endurance. Au fil du temps, Catherine et Alain Payen on constitué un élevage familial réputé à Guimiliau dans le Finistère. Quand on a deux fois des jumelles, il faut bien assurer !
L’endurance est plein de belles histoires, mais celle-ci est originale à plus d’un titre. Alain Payen, fils d’agriculteurs n’a pu reprendre l’exploitation familiale dans la Manche. Il deviendra fontainier et le déroulement de sa carrière le conduira en Bretagne. A Guimiliau, dans le Finistère où le couple s’installe, Alain dont la jeunesse a été bercée par les cobs normands de son père et les chevaux de courses de la ferme voisine va poser les bases d’un élevage à partir de rien. Si ce n’est l’expérience de son enfance normande. Nostalgie quand tu nous tiens. C’est décidé, les filles vont goûter au bonheur du cheval qui est dans le pré. Que les époux ont prévu près de leur nouvelle maison.
Ce sont Céline et Sandrine, les aînées qui vont ouvrir le bal. En 1987, le lendemain du terrible ouragan qui frappé la Bretagne, arrive une ponette avec le tonton depuis le berceau familial en Normandie. Réformée des courses de trot attelé, elle a sans doute échappé à l’abattoir. Ainsi naissent les passions. Les jumelles avaient sept ans. « Une pour deux, ce n’est pas facile, dit la maman Catherine. Après, nous en avons acheté une autre à la foire aux bestiaux. Nous les avons toujours. Elles sont à la retraite… chez un retraité ! »
Auparavant, elles avaient essayé de monter en club. Mais c’était de la voltige, et cela ne leur « plaisait pas du tout ». Il y avait aussi un poney club qu’elle ont un peu fréquenté dans la commune d’à côté. Ils ont également acheté un troisième ponette, une Landaise. Et c’est parti pour les balades dans les Monts d’Arrée. De fil en aiguille, toute la famille a sa monture dont Black IV, un selle français pour Alain. « C’est avec lui que nous avons commencé l’endurance ! C’était à Crozon. Un peu comme une rando. Il n’était pas nécessaire de s’inscrire. Nous nous sommes rendus compte que c’était pas mal et nous avons continué. »
Falabab, le gentil étalon
Ils commencent donc l’endurance avec Black puis décident d’acheter des Arabes. L’heureuse inspiration d’Alain sera Falabab. L’étalon, dix-sept ans aujourd’hui, qui débarque dans la famille avec toute sa gentillesse à l’âge de trois ans en 1996. Alain, qui cherchait un quatre/cinq ans, l’a trouvé du côté de Moulins. Le coup de foudre. Il s’est avéré qu’il avait de bonnes origines de course, mais c’est ainsi qu’il choisit ses chevaux. A l’instinct. Il faut qu’ils lui plaisent. Dans la forme et le caractère. Et à l’œil, Falabab, qui a fait du show, est fabuleux.
Dans la foulée, ils acquièrent ensuite une jument arabe, Figig. Une annonce, par hasard. Blessée quand elle était poulain, elle ne peut pas courir et n’est donc pas chère. Mais voilà une belle poulinière en perspective qui de plus a de bonnes origines en endurance. Ainsi s’établissent sous de bons auspices, les bases du futur élevage de Kerpont. « L’on n’y connaissait rien... » Aujourd’hui, environ 25 chevaux dans les paddocks.
Arrive aussi en même temps Eva Royale. Cette trotteuse qui vient de Normandie est achetée par leur ami Guy, heureux de laisser Sandrine la monter. Un couple qui va durer des années et faire plusieurs premières places et podiums jusqu’en 90 km. Céline, adoptant ensuite Falabab qui ne compte plus les premières places en 60 et fut distingué en 1995 par l’ACA comme seul étalon cinq ans classé deux fois en 90 km. Pas de jalouses entre les deux sœurs qui gagnent autant l’une que l’autre tandis que toute la famille profite de la joyeuse ambiance de l’endurance. De mémorables histoires émaillent ces folkloriques années 90. C’est aussi l’apprentissage sur le tas.
Kripton, Loustic et Lucky
En 2003, après aussi quelques nationales avec Eva (nouvelle trotteuse à s’être classée sur 130 km en France, en 2000 à Huelgoat - après la fameuse Belle Sarcelles, en 1998 à Pommerit-Jaudy avec Laurence Beuzit, une jument qui court toujours à plus de vingt ans), les jumelles aînées prises par les études délaissent la compétition. Mais, cinq ans derrière, les autres jumelles Elodie et Emilie assurent la relève. Elles font briller plusieurs chevaux nés Kerpont comme le très élégant Kripton, le sympathique Loustic ou le bien nommé Lucky. En Normandie aussi, du côté du berceau de la famille, notamment à Brécey près de chez les parents de Catherine. En juin 2009, Alain et Emilie y ont remporté la Coupe des Départements sur 90 km en équipe avec leur ami Alain Gouriou. Les filles se sont lancées dans les Nationales, leurs chevaux arrivant à maturité et d’autres étant confiés par l’élevage du Bruguet. Elles devraient s’y montrer davantage. Comme à Florac où les jumelles se sont classées en 2009.
Petit à petit des poulains sont en effet nés, permettant à la famille de pratiquer l’endurance régulièrement et à un bon niveau. « L’endurance était une découverte. Certains se sont professionnalisés, mais pas nous. » Ils louent des pâtures et Alain, bricoleur, construit boxes et hangar à moindre frais. Il ferre aussi lui-même après avoir appris avec le vieux maréchal-ferrand de Guimiliau. Catherine, gérante d’agence postale communale, ne monte pas beaucoup mais fait la nounou. Elle sauve ainsi « au biberon » un poulain après le décès de leur première jument.
Leur réputation grandit, leurs chevaux trouvant même preneurs jusqu’aux Emirats où ils se sont distingués. Originalité, Alain « fait » un peu de trotteur arabe. Falabab est sollicité pour des saillies. L’an dernier, l’étalon historique de la maison a même été demandé par le nouveau centre privé d’insémination artificielle Creavia où il a séjourné pour la reproduction. Des poulains sont vendus ou réservés. « Cela coûte de plus en plus cher de faire de l’endurance, si nous n’avions pas fait cela nous n’aurions pas pu continuer. » Aujourd’hui, Alain a enrichi son élevage de nouvelles juments et d’un étalon. Moumtaz La Lizonne, choisi à l’instinct, de même. C’est aussi son cheval pour courir et désormais sollicité pour la reproduction. Moumtaz, a été classé « très bon » à Uzès en 2009. Récemment un nouvel étalon, Raqqas La Lizonne est venu étoffer encore l’écurie.
L’aventure Guimiliau
Dans la famille Payen, on n’est pas égoïste. Dès les débuts de leurs aventures dans l’endurance ils se lancent aussi dans l’organisation de courses à Guimiliau avec quelques amis. Un fameux rendez-vous sur trois jours, avec notamment une journée jeunes chevaux. Et un sacré boulot de bénévoles pour mettre tout cela sur pied.
Un circuit de toute beauté dans les Monts d’Arrée qu’il convient de découvrir.
Au début était la randonnée. La famille Payen, qui demeure amateur, continue à en faire avec les amis. « Nous ne savons pas comment nous ferions, si nous n’avions pas de chevaux ! »
Pierre Jambou
Retrouvez les chevaux de l'Elevage de Kerpont dans la sous-rubrique "Elevage" de la rubrique "Endurance équestre" du site
Visitez aussi le site de l'élevage de Kerpont :
http://elevagedekerpont.free.fr

Voir tous les articles

  Panier


panier vide
NB: vous pouvez faire une sélection de photos à acheter en cliquant sur l'icône 'panier' de chaque photo désirée
Besoin d'aide ?

  Actus !


Suivez les actualités du site sur votre : facebook

  Alertes photo


Vous souhaitez être alerté par email lorsqu'une photo de vous est mise en ligne sur le site ? Dans ce cas inscrivez-vous :
S'inscrire


Nouveau !
Recherchez les photos sur lesquelles vous avez été identifiés :

  Derniers ajouts


PONTCHATEAU_20171111_9099B
PONTCHATEAU_20171111_9066B
PONTCHATEAU_20171111_9044B
PONTCHATEAU_20171111_9042B
PONTCHATEAU_20171111_9019B
PONTCHATEAU_20171111_8991B
299035 photos en ligne
Copyright © photos 2008: pierre jambou CNIL N° 1327756, création site web: ©

Valid XHTML 1.0 Strict